Partager

Développement de recherches collaboratives sur l’identification d’indices du dysfonctionnement des réseaux neuronaux cibles et mise en lien avec les particularités cliniques

Le TSA est caractérisé par un défaut dans la perception des informations sensorielles en provenance du monde extérieur (extéroception), mais aussi du monde intérieur (intéroception).

Ces atypies de perception diffèrent d’un individu à l’autre, tant en termes de niveaux de traitement de l’information que de possibles mécanismes de compensation. Les recherches menées dans cet axe visent à identifier et de caractériser le dysfonctionnent des réseaux neuronaux cibles tout au long de la vie.

Etude des particularités du métabolisme

Certains facteurs environnementaux externes reconnus pour contribuer à la programmation des réseaux neuronaux, tels que les facteurs nutritionnels, le microbiote intestinal ou des polluants environnementaux, agissent durant la période fœtale ou périnatale.

Ces facteurs modulent le fonctionnement de l’axe intestin-cerveau et peuvent contribuer aux troubles du comportement clefs des personnes avec TND mais aussi aux comorbidités « secondaires » observées chez ces personnes (de type anxieux, dépressif ou digestifs).

Les troubles digestifs restent encore peu explorés, leur impact sur les personnes avec un TND peu connu et leurs mécanismes physiopathologiques mal compris.

Une meilleure identification des modifications du métabolome des personnes avec un TND, de leur association avec l’évolution de leur trajectoires comportementales et/ou digestives pourrait permettre de mieux stratifier les patients afin d’identifier de nouvelles cibles préventives ou thérapeutiques visant à améliorer leurs troubles comportementaux et/ou digestifs.

Développement et validation de nouveaux modèles animaux de TND

Il existe de nombreux modèles des TND chez l’animal, dont un certain nombre est disponible au sein des équipes de recherche du réseau Exac·t. L’étude des différents modèles de TND a pour but de cartographier les réseaux neuronaux atypiques dans ces pathologies et de caractériser leurs particularités grâce à l’utilisation de techniques d’investigation de pointe telles que l’imagerie, les analyses transcriptomiques et protéomiques ou l’optogénétique, combinées à des analyses ciblées du comportement.

Elle permet de déterminer les contributions physiopathologiques de métabolites d’intérêt et de tester différentes approches thérapeutiques destinées à soulager les symptômes associés aux TND, notamment des approches pharmacologiques ou de neurostimulation focale.